Search on ARTCOVER...
 
  
September 30,2020
WELCOME
sur ARTCOVER.com le portail d'information du marché de l'art, en consultation totalement gratuite.

Pour vos achats et cadeaux culturels visitez notre boutique, partenaire de
boutiquesdemusees.fr


ARTEUM peut aussi réaliser votre site personnel. >>
ARTCOVER'S WEBSITES

ARTCOVER'S LINKS
 
In brief
Enchères pour l’amour de l’art
La collection constituée pendant près de 50 ans par P.Bergé et Y.Saint Laurent est exposée au Grand Palais jusqu’à lundi matin avant d'être vendue aux enchères.

<B>Enchères pour l’amour de l’art</> «L’argent qui vient de la création revient à la création.»

Ainsi Pierre Bergé nous a-t-il confié voir cet événement : la dispersion aux enchères de la collection d’art qu’il a constituée pendant près de cinquante ans avec Yves Saint Laurent disparu, le 1er juin. Jusqu’à lundi matin, elle est exposée au Grand Palais, après quoi, à 19 h 05, Me François de Ricqlès (lire page 4) fera tomber le premier coup de marteau sur un petit paysage italien de Degas.

Amour.
A cette occasion, Libération a voulu donner carte blanche à Pierre Bergé pour choisir, et commenter, les témoignages de leur intime complicité. La formation d’un goût dans une collection, mais aussi les fils invisibles tissés par le couturier avec ses créations, voici ce que nous tentons de présenter dans ces pages, plutôt que les superlatifs des chiffres. S’il faut en passer par là, livrons-en rapidement : trois jours de vente, pour plus de 700 œuvres, dont Christie’s et la maison de ventes aux enchères de Pierre Bergé attendent de 200 à 300 millions d’euros.
Destinés, en grande part, à la Fondation qui a déjà fait un extraordinaire travail de sauvegarde et de valorisation de l’œuvre du grand couturier. Une semaine avant le décès de Saint Laurent, Pierre Bergé se trouvait au musée des beaux-arts de Montréal pour la première rétrospective consacrée à celui qui donna plus que la liberté, le pouvoir, aux femmes. «Je ne sais si la haute couture est un art, livrait-il dans l’émotion du moment, mais ce que je sais, c’est qu’elle a eu besoin d’un artiste, et que cet artiste, ce fut Yves Saint Laurent.» Il sera toujours temps, après la vente, d’en décortiquer les résultats.
Parions ici qu’un tel ensemble transcendera le ressac du marché de l’art. Pas seulement parce qu’il fut composé par le créateur et l’entrepreneur que réunissait une grande histoire d’amour. Parce que son éclectisme se combine à un grand goût, équivalent à celui des honnêtes hommes de la Renaissance, et en même temps s’inscrit sans l’ombre d’une hésitation dans le XXe siècle.

Intuitions.
Des perles à n’en plus finir : un nu de Matisse appuyé sur un arbre, des plats émaillés de Limoges, des coupes de Hanovre, des plateaux d’Augsbourg, des ivoires tournés, une commode d’Eileen Gray, un tabouret de Legrain… Rien en ce sein ne paraît secondaire. Cette sensibilité est née d’intuitions, de découvertes, de hasards, et aussi de connivence, avec des artistes vivants comme Claude et François Xavier-Lalanne, dont les Empreintes - moulées sur le corps de modèles - furent même mises à contribution pour une des collections de la période pop du couturier. Avec des marchands, aussi, auxquels ils ont fait confiance et qui leur ont fait confiance, Marc Blondeau et, surtout, Alain Tarica pour l’art moderne, les talentueux Alexis et Nicolas Kugel, pour l’orfèvrerie et autres objets d’art anciens. Les périodes sont les plus précieuses des artistes concernés, les origines souvent prestigieuses. La sculpture africaniste de Brancusi des années 1910 a été acquise par Fernand Léger, qui l’aurait échangée contre un de ses tableaux. La Tauromachie de Toulouse-Lautrec a été dessinée pour la couverture d’un album des scènes bordelaises de Goya. Il Ritornante (le Revenant) de Chirico a été peint lors de son hospitalisation nerveuse. André Breton nous apprend que le peintre, alors encore authentique, eut ce rêve d’un retour du père mort en Napoléon III. Conseillé par Breton, Jacques Doucet l’acheta à l’exposition surréaliste de 1925, galerie Pierre.
A des périodes différentes du siècle, un parallèle nous vient entre Saint Laurent et ce grand couturier, collectionneur et mécène, qui l’avait précédé. De Mondrian, Pierre Bergé et Yves Saint Laurent ont réuni toutes les étapes de la création : un paysage, un découpage en rectangles de couleurs bornés de noir, puis le retrait de la couleur, avec cette bande de carmin sur le bord, qui reste, et nous rappelle le trait vif de Warhol sur l’œil injecté de Saint Laurent.

Périodes.
Les deux hommes ne vivaient plus ensemble rue de Babylone. On pourrait trouver le grand art, des peintres modernes ou des créateurs de l’art déco, dans la pénombre de laquelle l’un s’était enfermé. Un raffinement savant pour Frans Hals, les objets d’art de la Renaissance ou du XVIIe chez celui qui se livrait au grand jour aux conquêtes des affaires.

Ce n’est pas du tout l’avis de l’intéressé, pour lequel ces nuances correspondent en fait à des périodes successives, dans lesquelles ils ont toujours tout partagé : «Il n’y a pas une collection Bergé et une autre Saint Laurent, qui puissent être distinguées.» D’où cette décision de se séparer d’un tout indissociable. Ils ont aimé les objets de vertu, ce qui signifiait, dans le temps, avoir du souffle, du cœur, du courage. La maison de couture vendue, Yves éteint, Pierre Bergé n’a rien voulu retrancher d’une collection qui n’avait «plus de sens pour lui». Il ferme une vie.

Vincent Noce - Libération du 21 février 2009
Vente des biens de Georges 1er
Helmut Newton
Prix record pour un tableau de Churchill
Succès pour l'art russe à Londres
Botero
Polémique : le Louvre à Abu Dhabi
Néfertiti
François Pinault et Venise suite...
Les 30 ans du Centre Pompidou
Préemption pour la première photographie connue
Kooning et Warhol
Enchères insolites et records
Réouverture du Musée Fabre
La cravate de Louis XVI
Oeufs de Fabergé
Costumes et accessoires à Drouot
Sésostris III, pas si pharaonique
Succès pour la vente Filipacchi
Record pour Picasso
Vermeer (1632-1675)
Peinture moderne et contemporaine au zénith
Records et divers
Bacon à prix record
Picasso et Van Gogh
Collection Pinault
Records à New York
Vente Vérité
Cézanne, Modigliani, Matisse, Klimt
Enchères à New York
Marché de l'art 2006
Vente Bruni Tedeschi
Sculpture en bronze et Hodler
Succès pour les ventes à Londres
Imbroglio autour du "pouce"
Ventes à New York : Gauguin, Picasso, Matisse
Art : secousses à New York
EBay rattrapé par les arnaques
Une étude de Seurat refait surface
Record pour la Magna Carta
La Chine n°3 du marché de l'art
Projets pour le marché de l'art
Les pistes pour relancer le marché de l'art
Nouveau record pour Monet
Bacon, Freud, Giacometti
Encore des records pour l'art contemporain
Héritage : la salade César
Marché de l'art
Enchères à New York
Une table peut en cacher une autre
Blanchiment, recel et statue grecque
Chine art discount
Bilan contrasté pour 2008
Disparition de Dina Vierny
Sesostris III
Enchères pour l’amour de l’art
Vente YSL-Bergé
Le marché de l'art entre enfer et purgatoire
Le Musée Picasso en rétention
La législation française doit revoir sa copie
Marché de l'art, vers un flou...artistique
Drouot, serré aux cols
Oeuvres d'Arp
Rembrandt
Record pour Riopelle à Toronto
Record pour Liu Xiaodong
La boutique de la Réunion des musées nationaux
Magritte
Record pour Bacon
Succès pour Jules Verne et records pour l'art précolombien
France : record mondial pour un flacon à parfum
Démission dans le milieu des enchères
Réflexions sur le marché de l'art
Changement de direction au Met
Nouveau scandale à Drouot
Record pour l'orfèvrerie d'Ausbourg
Louise Bourgeois a régné
Le CVV débouté contre eBay
Un expert en antiquités au tribunal
1,5 million d'euros pour un dessus de table
Le marché de l'art contemporain au Sénat
Ventes à New York
Chasse aux faussaires
Ventes d'art contemporain à New York
Record pour des clichés de Richard Avedon
La succession Picasso sous tension
Les enchères à l'index
L’affaire Picasso a de beaux jours devant elle
Enchères 2010 en France
Une loi sur les ventes aux enchères
Un expert en antiquités condamné
Record pour une oeuvre d'art asiatique en France
La Chine en tête du tableau
Nouveau record pour une sculpture de Paul Gauguin
L’art italien au temps des convoitises
Main basse en série sur des œuvres d’art
L’hôtel de la Marine rebondit au Carrousel
Nouvelles règles pour les ventes aux enchères
Lucian Freud, chairs et âme
Un Conseil pour discipliner les ventes aux enchères
2011, année record pour le marché de l'art
Le droit de suite, une rente fondamentale
Les Beltracchi, faux amis de l’art
Grande arnaque et petits maîtres sur eBay
Christie’s s’échine
Art : les foires d’empoigne
Napoléon fait toujours fantasmer
L’avenir de l’hôtel de la marine scellé
Marché de l’art, enchères et en hausse
05-22-2014 : Les collections de Peggy Guggenheim
04-23-2019 : Incendie de Notre Dame : une catastrophe annoncée?
  
Site map | Contact us | Partnership | Policies Copyright ©2002-2011 Artcover