Search on ARTCOVER...
 
  
December 14,2019
WELCOME
sur ARTCOVER.com le portail d'information du marché de l'art, en consultation totalement gratuite.

Pour vos achats et cadeaux culturels visitez notre boutique, partenaire de
boutiquesdemusees.fr


ARTEUM peut aussi réaliser votre site personnel. >>
ARTCOVER'S WEBSITES

ARTCOVER'S LINKS
 
In brief
La Chine n°3 du marché de l'art
Bilan lors de la foire de Maastricht où la France perd sa troisième place.
<B>La Chine n°3 du marché de l'art</B> Cela devait arriver un jour. La France, qui a été jusque dans les années 50 le centre du marché de l’art mondial, a perdu la troisième place qu’elle parvenait quand même à maintenir depuis : elle est désormais surpassée par la Chine. Comme ce marché, dépassant les 4 milliards d’euros, a doublé en un an, ce n’est qu’un début. Nous sommes largués.

Prémonitoire. Ce constat a été révélé à Libération, en marge de la foire des antiquaires de Maastricht, par une économiste spécialisée, Clare McAndrew. Il y avait eu un signe prémonitoire, sans que personne ne s’en émeuve : l’année dernière, Sotheby’s et Christie’s ont vendu deux fois plus à Hongkong qu’à Paris (1). Néanmoins, en ajoutant ses antiquaires, Drouot et les commissaires-priseurs, la France restait un pôle de référence. «En intégrant les galeries et les nouvelles sociétés de ventes de Pékin ou Shanghaï, selon les toutes dernières statistiques, la Chine dépasse la France», dit cette économiste, auteur d’un rapport de référence sur la question, financé par Axa. Dans ce partage du globe, notre pays doit être tombé à 5 % et la Chine passée à 6 %. Elle est devenue le deuxième marché de l’art contemporain.

Dopé par des ventes phénoménales, New York a conforté son leadership : 46 % du marché mondial. De 2002 à 2006, l’Amérique s’est ainsi encore renforcée de 2,4 points. L’Europe a reculé de 6,3 points, se faisant donc aussi grignoter par les marchés émergents. Pour Clare McAndrew, marchands et collectionneurs «redoutent le Vieux Continent pour ses taxes et droits dérivés, mais également ses tracasseries ; c’est tout un état d’esprit qui est en cause».

Ce qui est particulièrement vrai de la France. Elle ne manque pourtant pas d’atouts, avec la richesse de son patrimoine artistique, l’attractivité de Paris, la diversité de ses galeries et sociétés d’enchères. Si Christine Albanel a lancé une réflexion sur la question, sa marge de manœuvre sera réduite par les autorités auxquelles elle aura à se confronter, du Budget à la Commission européenne.

Tous auraient pourtant intérêt à une refonte d’ensemble du système - mêmes les Britanniques perdent des points dans cette guerre planétaire. Le marché de l’art représente 300 000 emplois en Europe, dont 220 000 directs. «C’est l’exemple même de la production qu’on souhaite développer, souligne-t-elle, une économie du savoir, cosmopolite, employant des jeunes, d’un haut niveau d’éducation, très ouvert aux femmes.» Une activité à fort revenu culturel, d’image, de tourisme. Sans compter les rentrées fiscales et financières, d’un marché qui continue de battre tous les records : l’année dernière autour de 38 millions d’œuvres d’art ont changé de main dans le monde, frôlant les 50 milliards d’euros, du jamais vu.

Porteur. Régulièrement, depuis des années maintenant, des journaux comme l’International Herald Tribune, le Point, ou récemment une société appelée ArtIndex, annoncent un krach. Et, non moins régulièrement, ils sont démentis par les faits.

En réalité, même dans les turbulences des marchés financiers, celui de l’art reste fondamentalement porteur, tout simplement grâce aux afflux de cash : nouveaux riches russes, chinois ou indiens, mais aussi Américains ayant réalisé leurs placements boursiers ou Européens tirant profit de la baisse du dollar…

A Maastricht, les Américains étaient moins présents, les affaires ont été un peu plus longues à discuter. Mais elles se sont faites grâce aux Européens, aux Russes, et même aux Latino-Américains. C’est la grande révolution : le marché s’est démultiplié. Hier centralisé autour de trois capitales, il est en complète redistribution.

(1) Ces multinationales exportent, pour les vendre à New York ou Londres, près du double d’œuvres en valeur qu’elles n’en vendent à Paris. Cette hémorragie du patrimoine est la face cachée de ce bouleversement sismique engloutissant la France.

Vincent Noce - Libération du 12 mars 2008 >>

Vente des biens de Georges 1er
Helmut Newton
Prix record pour un tableau de Churchill
Succès pour l'art russe à Londres
Botero
Polémique : le Louvre à Abu Dhabi
Néfertiti
François Pinault et Venise suite...
Les 30 ans du Centre Pompidou
Préemption pour la première photographie connue
Kooning et Warhol
Enchères insolites et records
Réouverture du Musée Fabre
La cravate de Louis XVI
Oeufs de Fabergé
Costumes et accessoires à Drouot
Sésostris III, pas si pharaonique
Succès pour la vente Filipacchi
Record pour Picasso
Vermeer (1632-1675)
Peinture moderne et contemporaine au zénith
Records et divers
Bacon à prix record
Picasso et Van Gogh
Collection Pinault
Records à New York
Vente Vérité
Cézanne, Modigliani, Matisse, Klimt
Enchères à New York
Marché de l'art 2006
Vente Bruni Tedeschi
Sculpture en bronze et Hodler
Succès pour les ventes à Londres
Imbroglio autour du "pouce"
Ventes à New York : Gauguin, Picasso, Matisse
Art : secousses à New York
EBay rattrapé par les arnaques
Une étude de Seurat refait surface
Record pour la Magna Carta
La Chine n°3 du marché de l'art
Projets pour le marché de l'art
Les pistes pour relancer le marché de l'art
Nouveau record pour Monet
Bacon, Freud, Giacometti
Encore des records pour l'art contemporain
Héritage : la salade César
Marché de l'art
Enchères à New York
Une table peut en cacher une autre
Blanchiment, recel et statue grecque
Chine art discount
Bilan contrasté pour 2008
Disparition de Dina Vierny
Sesostris III
Enchères pour l’amour de l’art
Vente YSL-Bergé
Le marché de l'art entre enfer et purgatoire
Le Musée Picasso en rétention
La législation française doit revoir sa copie
Marché de l'art, vers un flou...artistique
Drouot, serré aux cols
Oeuvres d'Arp
Rembrandt
Record pour Riopelle à Toronto
Record pour Liu Xiaodong
La boutique de la Réunion des musées nationaux
Magritte
Record pour Bacon
Succès pour Jules Verne et records pour l'art précolombien
France : record mondial pour un flacon à parfum
Démission dans le milieu des enchères
Réflexions sur le marché de l'art
Changement de direction au Met
Nouveau scandale à Drouot
Record pour l'orfèvrerie d'Ausbourg
Louise Bourgeois a régné
Le CVV débouté contre eBay
Un expert en antiquités au tribunal
1,5 million d'euros pour un dessus de table
Le marché de l'art contemporain au Sénat
Ventes à New York
Chasse aux faussaires
Ventes d'art contemporain à New York
Record pour des clichés de Richard Avedon
La succession Picasso sous tension
Les enchères à l'index
L’affaire Picasso a de beaux jours devant elle
Enchères 2010 en France
Une loi sur les ventes aux enchères
Un expert en antiquités condamné
Record pour une oeuvre d'art asiatique en France
La Chine en tête du tableau
Nouveau record pour une sculpture de Paul Gauguin
L’art italien au temps des convoitises
Main basse en série sur des œuvres d’art
L’hôtel de la Marine rebondit au Carrousel
Nouvelles règles pour les ventes aux enchères
Lucian Freud, chairs et âme
Un Conseil pour discipliner les ventes aux enchères
2011, année record pour le marché de l'art
Le droit de suite, une rente fondamentale
Les Beltracchi, faux amis de l’art
Grande arnaque et petits maîtres sur eBay
Christie’s s’échine
Art : les foires d’empoigne
Napoléon fait toujours fantasmer
L’avenir de l’hôtel de la marine scellé
Marché de l’art, enchères et en hausse
05-22-2014 : Les collections de Peggy Guggenheim
04-23-2019 : Incendie de Notre Dame : une catastrophe annoncée?
  
Site map | Contact us | Partnership | Policies Copyright ©2002-2011 Artcover