Rechercher sur ARTCOVER...
 
  
Lundi 20 Mai 2019
BIENVENUE
sur ARTCOVER.com le portail d'information du marché de l'art, en consultation totalement gratuite.

Pour vos achats et cadeaux culturels visitez notre boutique, partenaire de
boutiquesdemusees.fr


ARTEUM peut aussi réaliser votre site personnel. >>
LES SITES ARTCOVER

LES LIENS ARTCOVER
 
En bref
Vente YSL-Bergé
Plus de 25 records battus et plus de 373 millions d'euros
<B>Vente YSL-Bergé</B> Décrite comme «la vente du siècle», la dispersion de la collection d’Yves Saint Laurent et de Pierre Bergé comptait une trentaine de chefs d’œuvres parmi les 730 lots présentés à la vente sur trois jours.
La vente a rapporté au total 373,5 millions d'euros, soit bien plus que son estimation de départ évaluée entre 200 et 300 millions.
Quelque 30.000 personnes se sont rendues pendant le week-end sous la nef du Grand Palais, à Paris, pour voir les œuvres exposées avant leur mise en vente.
L’Etat français a également profité de cette vente: il a acquis des oeuvres d'art pour un montant total de 13,135 millions d'euros, a annoncé mercredi soir la ministre de la Culture Christine Albanel.

La première journée du 23 février a connu plusieurs records.
Une sculpture de Costantin Brancusi "Madame L.R.", estimée à un peu plus de 20 millions, s'est enlevée 28,1 millions, frais inclus, vendue à un acheteur anonyme qui enchérissait au téléphone.

Autre record mondial, pour Les Coucous, de Matisse, assez surprenant au regard de son estimation initiale, entre 12 et 18 millions d'euros, qui se sont envolés à 32 millions, prix marteau (hors frais).

Records encore pour le "ready made" de Marcel Duchamp, un flacon de parfum dans son emboîtage, baptisé par l'artiste Belle haleine-Eau de voilette, à 7,9 millions d'euros hors frais, et pour Le Désespoir de Pierrot, de James Ensor, à 4,4 millions, hors frais, ou encore pour Composition avec bleu, rouge, jaune et noir, de Piet Mondrian, à 19,2 millions hors frais (estimée 10 millions).

Préemptions de l'Etat :
Ritornante, de Giorgio de Chirico, qui devrait donc intégrer les collections nationales. A charge pour Beaubourg de réunir les 9,8 millions d'euros obtenus lors de la vente.

L'Etat s'est de la même façon porté acquéreur, pour le Musée d'Orsay, d'un tableau d'Edouard Vuillard, "Les Lilas", à 320 000 euros et d'une œuvre de James Ensor, "Au conservatoire", pour 480 000 euros.

Enfin la France a également acheté trois pièces destinées au musée national de la Renaissance au Château d'Ecouen: une plaque en émail de Limoges du XVIème siècle représentant Paris, par Léonard Limosin, et deux plaques en émail de Limoges du XVIème siècle représentant Arthur et Josué, par Martial Ydeux.

Seule fausse note: un tableau cubiste de Picasso, Instruments de musique sur un guéridon, vedette de cette vente, estimé à 25 ou 30 millions d'euros, n'a pas trouvé preneur (la meilleure offre, à 21 millions, étant en-deçà du prix minimum demandé). «Je suis très satisfait de cette première journée, qui a dépassé toutes nos espérances, a dit Pierre Bergé peu après, et en plus j'ai gagné un Picasso...»



<B>Vente YSL-Bergé</B> La deuxième journée de la vente se solde par un total de quelque 101 millions d'euros, après la vente de tableaux anciens (22,2 millions) et d'orfèvrerie (19,8 millions) qui s'ajoutent aux 206 millions d'euros de la veille, déjà un record mondial pour une collection privée

Du côté des belles ventes, les quinze miroirs aux branchages de Claude Lallane ont atteint au cours de la troisième et dernière vacation 1,6 million d'euros un vase de Jean Dunand est parti à 220 000 euros tandis qu'un autre vase au serpent du même artiste s'est envolé à 270.000 euros, soit neuf fois son estimation haute.


Le fauteuil aux dragons d'Eileen Gray (estimation entre 2 et 3 millions d'euros) a été adjugé 21,9 millions d'euros, un record mondial pour l'artiste et pour un meuble du XXe.
Ce petit fauteuil de cuir aux accoudoirs rouges en forme de dragons, réalisé entre 1917 et 1919, a été acquis par la galerie parisienne Robert et Cheska Vallois, spécialisée dans les années 1920 et 1930, pour «un collectionneur extraordinaire» dont le nom n'a pas été révélé.

Parmi les plus belles enchères tombées lors des deux premières vacations, une toile de Géricault, un portrait d'Alfred et Elisabeth De Dreux-,estimée entre 4 et 6 millions d'euros, a trouvé preneur à 8 millions d'euros, soit un record mondial pour cet artiste.

Une toile de Franz Hals (école flamande) a trouvé acquéreur à 3,1 millions d'euros (estimée entre 800.000 et 1,2 million d'euros).

Modèles en agathe, en or et nacre ou en coquillage, plusieurs tabatières ont connu également un grand succès.

Autre belle vente, un Gainsborough, Portrait de Giusto Ferdinando Tenducci lisant une partition, s'est envolé à 1,9 million d'euros (estimation 400.000 à 600.000 euros). Même chose pour un Arnold Bocklin, Ulysse et Polyphème, estimé 20.000 à 30.000 euros, qui a trouvé preneur à 340.000 euros, un record mondial pour une oeuvre sur papier de cet artiste.
Modeste, le Musée du Louvre a acquis une boîte à portrait de Louis XIV ornée d'une miniature de Jean Petitot pour 400.000 euros.
Le lot 93, une tapisserie de Sir Edward Coley Burne-Jones, L'Adoration des Mages, a été ôté de la vente, Pierre Bergé a préféré l'offrir au Musée d'Orsay.



<B>Vente YSL-Bergé</B> L'un des clous de cette troisième journée de vacation a été cette tête représentant Janus (première partie du XVIIe siècle) qui a trouvé preneur à 1,75 million d'euros pour une estimation de 100.000 à 200.000 euros. Même chose pour un pot à bouquet en cristal de roche, vermeil et rubis (école de Milan), estimé entre 100.000 et 150.000 euros, qui s'est envolé à 440.000 euros.

Deux dents de narval de l'Arctique (fin du XIXe siècle) estimées entre 30.000 et 50.000 euros, sont parties à 180.000 euros, alors qu'un Christ en croix (Italie, XVIIe ou XVIIIe) a été adjugé 80.000 euros, soit plus de dix fois son estimation.

Une suite de quatre bustes allégoriques représentant les quatre continents (XVIIIe siècle) a plus que doublé son estimation haute de 300.000 euros, trouvant preneur à 700.000 euros. Enfin, un fragment de tête de Christ originaire des Philippines espagnoles (XVIIe siècle) a plus que doublé son estimation haute, s'adjugeant 44.000 euros.

Parmi les 270 lots dispersés mercredi après-midi, on comptait notamment une collection pléthorique de 76 camées, pièces très prisées par Yves Saint Laurent et globalement adjugées selon les fourchettes de leurs estimations. Si ce n'est cette pièce, composée de sept camées ovales polychromes représentant des portraits masculins, partie à 80.000 euros (estimation 18.000 à 22.000 euros), ou cet autre camée en opale représentant la déesse Isis, qui s'est envolé à 50.000 euros (estimation 5.000 à 7.000 euros).

La vente de deux pièces d'antiquités chinoises, une tête de rat et une tête de lapin, d'une hauteur d'une quarantaine de centimètres, provenant du sac du Palais d'été à Pékin par des soldats français et britanniques en 1860, ont été adjugées pour un montant de 15,7 millions d'euros chacune, sans qu'on connaisse l'identité du ou des acheteurs qui ont remporté les enchères au téléphone.

Le rat et le lapin ont fait l'objet d'une demande de restitution de la part de la Chine, et d'un procès devant le tribunal des référés. Les juges avaient été saisis par l'Association pour la protection de l'art chinois en Europe (Apace), installée à Paris, qui réclamait leur mise sous séquestre. L'un des avocats de l'association a déclaré que cette procédure était "une action symbolique", visant à "interpeller l'opinion publique sur le sort de nombre d'œuvres chinoises volées dans le passé".

Le tribunal a rejeté, lundi 23 février, quelques minutes avant le début de la première vente, la demande. Et Pierre Bergé a réitéré une déclaration précédente : "Je suis absolument prêt à donner ces deux têtes à la Chine, tout ce que je demande à la Chine en contrepartie est de donner les droits de l'homme, la liberté au Tibet et d'accueillir le dalaï-lama."

Le produit de cette vente servira à financer de manière permanente la fondation Yves-Saint-Laurent. Le reste ira à la recherche contre le sida et à des oeuvres caritatives.


Vente des biens de Georges 1er
Helmut Newton
Prix record pour un tableau de Churchill
Succès pour l'art russe à Londres
Botero
Polémique : le Louvre à Abu Dhabi
Néfertiti
François Pinault et Venise suite...
Les 30 ans du Centre Pompidou
Préemption pour la première photographie connue
Kooning et Warhol
Enchères insolites et records
Réouverture du Musée Fabre
La cravate de Louis XVI
Oeufs de Fabergé
Costumes et accessoires à Drouot
Sésostris III, pas si pharaonique
Succès pour la vente Filipacchi
Record pour Picasso
Vermeer (1632-1675)
Peinture moderne et contemporaine au zénith
Records et divers
Bacon à prix record
Picasso et Van Gogh
Collection Pinault
Records à New York
Vente Vérité
Cézanne, Modigliani, Matisse, Klimt
Enchères à New York
Marché de l'art 2006
Vente Bruni Tedeschi
Sculpture en bronze et Hodler
Succès pour les ventes à Londres
Imbroglio autour du "pouce"
Ventes à New York : Gauguin, Picasso, Matisse
Art : secousses à New York
EBay rattrapé par les arnaques
Une étude de Seurat refait surface
Record pour la Magna Carta
La Chine n°3 du marché de l'art
Projets pour le marché de l'art
Les pistes pour relancer le marché de l'art
Nouveau record pour Monet
Bacon, Freud, Giacometti
Encore des records pour l'art contemporain
Héritage : la salade César
Marché de l'art
Enchères à New York
Une table peut en cacher une autre
Blanchiment, recel et statue grecque
Chine art discount
Bilan contrasté pour 2008
Disparition de Dina Vierny
Sesostris III
Enchères pour l’amour de l’art
Vente YSL-Bergé
Le marché de l'art entre enfer et purgatoire
Le Musée Picasso en rétention
La législation française doit revoir sa copie
Marché de l'art, vers un flou...artistique
Drouot, serré aux cols
Oeuvres d'Arp
Rembrandt
Record pour Riopelle à Toronto
Record pour Liu Xiaodong
La boutique de la Réunion des musées nationaux
Magritte
Record pour Bacon
Succès pour Jules Verne et records pour l'art précolombien
France : record mondial pour un flacon à parfum
Démission dans le milieu des enchères
Réflexions sur le marché de l'art
Changement de direction au Met
Nouveau scandale à Drouot
Record pour l'orfèvrerie d'Ausbourg
Louise Bourgeois a régné
Le CVV débouté contre eBay
Un expert en antiquités au tribunal
1,5 million d'euros pour un dessus de table
Le marché de l'art contemporain au Sénat
Ventes à New York
Chasse aux faussaires
Ventes d'art contemporain à New York
Record pour des clichés de Richard Avedon
La succession Picasso sous tension
Les enchères à l'index
L’affaire Picasso a de beaux jours devant elle
Enchères 2010 en France
Une loi sur les ventes aux enchères
Un expert en antiquités condamné
Record pour une oeuvre d'art asiatique en France
La Chine en tête du tableau
Nouveau record pour une sculpture de Paul Gauguin
L’art italien au temps des convoitises
Main basse en série sur des œuvres d’art
L’hôtel de la Marine rebondit au Carrousel
Nouvelles règles pour les ventes aux enchères
Lucian Freud, chairs et âme
Un Conseil pour discipliner les ventes aux enchères
2011, année record pour le marché de l'art
Le droit de suite, une rente fondamentale
Les Beltracchi, faux amis de l’art
Grande arnaque et petits maîtres sur eBay
Christie’s s’échine
Art : les foires d’empoigne
Napoléon fait toujours fantasmer
L’avenir de l’hôtel de la marine scellé
Marché de l’art, enchères et en hausse
22/05/2014 : Les collections de Peggy Guggenheim
23/04/2019 : Incendie de Notre Dame : une catastrophe annoncée?
  
Plan du site | Contact | Partenariats | Infos légales Copyright ©2002-2011 Artcover