Rechercher sur ARTCOVER...
 
  
Dimanche 24 Mars 2019
BIENVENUE
sur ARTCOVER.com le portail d'information du marché de l'art, en consultation totalement gratuite.

Pour vos achats et cadeaux culturels visitez notre boutique, partenaire de
boutiquesdemusees.fr


ARTEUM peut aussi réaliser votre site personnel. >>
LES SITES ARTCOVER

LES LIENS ARTCOVER
 
En bref
Une table peut en cacher une autre
Gain de cause pour les époux Pinault sur l’achat d’un meuble Louis XVI remanié à Drouot.
<B>Une table peut en cacher une autre</B> Une table sans pieds n’est pas vraiment une table. Cette proposition, qui tombe sous le sens commun, a été en gros reprise par la Cour de cassation pour donner raison aux époux Pinault, qui s’étaient fait refiler à Drouot une «table à écrire Louis XVI», en réalité largement transformée après. C’est un nouvel épisode d’un feuilleton invraisemblable.

Fleurs. Le 14 décembre 2001, une animation frénétique s’est emparée de l’Hôtel des ventes. Les antiquaires se sont aperçus de la mise aux enchères de 34 objets d’art et meubles, pour quelques milliers d’euros, portant une marque «R», qui n’est autre que celle des Rothschild. Dans une salle bondée, les estimations sont centuplées. Personne n’a la moindre idée de l’origine du mobilier. Libération révèle qu’il provient de la villa Salomon de Rothschild, rue Berryer (VIIIe arrondissement de Paris), léguée à l’Etat en 1922 par sa veuve, la baronne Adèle. Cette vente en catimini avait été organisée par la directrice qui gérait les lieux, pour renflouer la caisse.

En 2005, la Direction des musées de France (DMF) s’est aperçue qu’à cette occasion s’étaient envolées 13 pièces d’argenterie d’Augsbourg et Nuremberg, léguées au musée de la Renaissance, au château d’Ecouen. Ayant mis quatre ans pour s’en apercevoir, la DMF avait autorisé l’exportation de certaines pièces. Cette orfèvrerie avait été oubliée avec le reste du mobilier. Depuis 1922, l’Etat n’avait jamais conduit d’inventaire. L’eau des pots de fleurs coulait sur les meubles. D’autres étaient en tas dans un débarras. Les experts ont trouvé un seau plein de vis et de marqueterie Boulle. Les pièces d’Ecouen étaient les plus belles de la vente. Ce n’était pas le cas de la table néo-Boulle acquise dans cette fièvre par Mme Pinault, pour 1,2 million d’euros.

Ebène. Quand son ébéniste l’a démontée, il s’est aperçu qu’elle avait été remaniée. L’expertise a établi que les pieds en ébène, les devants de tiroir et certains décors de bronze avaient été fabriqués «au XIXe siècle» avant d’être «assemblés sans soin». Les tribunaux ont quand même débouté les Pinault, car le catalogue mentionnait bien des «restaurations». En réalité, précise la Cour de cassation le 30 octobre, il s’agit de «transformations», dénaturant le meuble. Elle confirme sa jurisprudence de 2007 suite à un autre achat malheureux de Mme Pinault, une statue de pharaon d’une authenticité douteuse, sur l’erreur provoquée par les insuffisances du catalogue : le vendeur a une obligation d’informer, y compris sur les doutes. Elle a cassé la décision de juges qui estimaient que de tels «amateurs éclairés», assistés de leur expert, ne pouvaient ignorer le «risque» pris en achetant une table à l’estimation si basse (10 000 euros). Cet argument est régulièrement utilisé en cas de litige. La Cour dit : peu importe la qualité de l’acquéreur, ou ses sentiments subjectifs, ou la mise à prix de l’objet, seule l’authenticité compte, telle que décrite au catalogue. Le marché de l’art se rapproche du code de la consommation. Comme une machine à laver, un Picasso ou une commode de Bernard Van Risenburgh doivent bénéficier d’une garantie incontestable.

Vincent Noce
Libération du 3 novembre 2008
Vente des biens de Georges 1er
Helmut Newton
Prix record pour un tableau de Churchill
Succès pour l'art russe à Londres
Botero
Polémique : le Louvre à Abu Dhabi
Néfertiti
François Pinault et Venise suite...
Les 30 ans du Centre Pompidou
Préemption pour la première photographie connue
Kooning et Warhol
Enchères insolites et records
Réouverture du Musée Fabre
La cravate de Louis XVI
Oeufs de Fabergé
Costumes et accessoires à Drouot
Sésostris III, pas si pharaonique
Succès pour la vente Filipacchi
Record pour Picasso
Vermeer (1632-1675)
Peinture moderne et contemporaine au zénith
Records et divers
Bacon à prix record
Picasso et Van Gogh
Collection Pinault
Records à New York
Vente Vérité
Cézanne, Modigliani, Matisse, Klimt
Enchères à New York
Marché de l'art 2006
Vente Bruni Tedeschi
Sculpture en bronze et Hodler
Succès pour les ventes à Londres
Imbroglio autour du "pouce"
Ventes à New York : Gauguin, Picasso, Matisse
Art : secousses à New York
EBay rattrapé par les arnaques
Une étude de Seurat refait surface
Record pour la Magna Carta
La Chine n°3 du marché de l'art
Projets pour le marché de l'art
Les pistes pour relancer le marché de l'art
Nouveau record pour Monet
Bacon, Freud, Giacometti
Encore des records pour l'art contemporain
Héritage : la salade César
Marché de l'art
Enchères à New York
Une table peut en cacher une autre
Blanchiment, recel et statue grecque
Chine art discount
Bilan contrasté pour 2008
Disparition de Dina Vierny
Sesostris III
Enchères pour l’amour de l’art
Vente YSL-Bergé
Le marché de l'art entre enfer et purgatoire
Le Musée Picasso en rétention
La législation française doit revoir sa copie
Marché de l'art, vers un flou...artistique
Drouot, serré aux cols
Oeuvres d'Arp
Rembrandt
Record pour Riopelle à Toronto
Record pour Liu Xiaodong
La boutique de la Réunion des musées nationaux
Magritte
Record pour Bacon
Succès pour Jules Verne et records pour l'art précolombien
France : record mondial pour un flacon à parfum
Démission dans le milieu des enchères
Réflexions sur le marché de l'art
Changement de direction au Met
Nouveau scandale à Drouot
Record pour l'orfèvrerie d'Ausbourg
Louise Bourgeois a régné
Le CVV débouté contre eBay
Un expert en antiquités au tribunal
1,5 million d'euros pour un dessus de table
Le marché de l'art contemporain au Sénat
Ventes à New York
Chasse aux faussaires
Ventes d'art contemporain à New York
Record pour des clichés de Richard Avedon
La succession Picasso sous tension
Les enchères à l'index
L’affaire Picasso a de beaux jours devant elle
Enchères 2010 en France
Une loi sur les ventes aux enchères
Un expert en antiquités condamné
Record pour une oeuvre d'art asiatique en France
La Chine en tête du tableau
Nouveau record pour une sculpture de Paul Gauguin
L’art italien au temps des convoitises
Main basse en série sur des œuvres d’art
L’hôtel de la Marine rebondit au Carrousel
Nouvelles règles pour les ventes aux enchères
Lucian Freud, chairs et âme
Un Conseil pour discipliner les ventes aux enchères
2011, année record pour le marché de l'art
Le droit de suite, une rente fondamentale
Les Beltracchi, faux amis de l’art
Grande arnaque et petits maîtres sur eBay
Christie’s s’échine
Art : les foires d’empoigne
Napoléon fait toujours fantasmer
L’avenir de l’hôtel de la marine scellé
Marché de l’art, enchères et en hausse
22/05/2014 : Les collections de Peggy Guggenheim
  
Plan du site | Contact | Partenariats | Infos légales Copyright ©2002-2011 Artcover