Rechercher sur ARTCOVER...
 
  
Vendredi 27 Novembre 2020
BIENVENUE
sur ARTCOVER.com le portail d'information du marché de l'art, en consultation totalement gratuite.

Pour vos achats et cadeaux culturels visitez notre boutique, partenaire de
boutiquesdemusees.fr


ARTEUM peut aussi réaliser votre site personnel. >>
LES SITES ARTCOVER

LES LIENS ARTCOVER
 
En bref
Art : secousses à New York
Vincent Noce >>
<B>Art : secousses à New York</B> Jeff Koons est l’artiste vivant le plus cher au monde. Chez Sotheby’s, mercredi à New York, une œuvre de lui s’est vendue 15 millions d’euros, battant le précédent record de l’artiste, de la veille chez Christie’s. Certains verront un signe des temps dans ce record kitsch : un cœur rose géant chromé, noué d’un ruban doré. En tout cas, soulagement des marchands, après les ratés une semaine plus tôt dans la même salle. Cinq minutes après, un autoportrait de Francis Bacon montait à 34 millions de dollars (22 millions d’euros). Le dernier mis aux enchères avait fait 10 millions. Petit, mais beau, celui-ci laissait les traits de l’artiste reconnaissables. C’est le dernier autoportrait encore en mains privées. La séance a plafonné à 46 millions de dollars avec une des Corridas du même, en mouvement circulaire, brossé de peinture blanche comme de jets crachés par le taureau.

En fin de vente, des artistes néo-pop chinois firent leur entrée dans ce cénacle. Une assemblée des plus gros capitalistes au monde, assortis d’élégantes, applaudit ainsi à des gardes rouges ou à un portrait de Mao, sans ironie. Les responsables de Sotheby’s jubilaient. 316 millions de dollars (200 millions d’euros) : la plus belle séance d’enchères jamais réalisée ici. Le record datait du printemps 1990. Juste avant le krach, rappelleront les mauvais esprits. La veille, Christie’s avait redonné confiance, avec une soirée encore plus réussie (325 millions de dollars). Hugh Grant, à l’abri des regards dans un petit salon, est reparti avec le jackpot. Le comédien a revendu pour 21 millions de dollars (15 millions d’euros) une Liz Taylor par Warhol qu’il avait achetée 3,5 millions en 2001 à Londres. Soit près de trois millions de dollars de bénéfice par an… D’autant plus étonnant que ce tableau est l’un des moins réussis de la série. La salle s’est moins battue pour un Rothko sans vigueur.

Montagnes russes.
Près de la moitié des acheteurs sont américains. Les Européens représentent le reste, appâtés par la faiblesse du dollar. Le diamantaire londonien Laurence Graff est sorti tout content de ses Basquiat et Warhol, pourtant payés au prix fort. Dans une atmosphère purement spéculative, on pouvait voir des collectionneurs surenchérir pour des œuvres assez faibles, incités par les grands marchands, qui en profitent pour valoriser leurs propres stocks. Larry Gagosian, galeriste de Jeff Koons, a lui-même racheté les deux œuvres records de son artiste… «Le marché de l’art est passé de la vitesse du son à celle de la lumière», s’exclamait l’un des analystes financiers qui craignaient un krach.

La semaine dernière, consacrée à l’art impressionniste et moderne, s’était en effet passée en montagne russe. Le mardi 6 novembre, premier soir triomphal chez Christie’s : 490 millions de dollars, approchant le niveau historique de l’an passé. Mercredi, les choses se dégradaient chez Sotheby’s. La faute à Van Gogh ? La société a-t-elle eu tort de placer ce Champ de blé, peint une semaine avant son suicide, lot n° 9 estimé 30 millions de dollars ? Des enchérisseurs rivés au téléphone apprenant que le cours du Dow Jones avait encore perdu 320 points, au n° 9, personne ne s’est manifesté. Et la vente a dévissé. A la sortie, un tableau sur quatre n’avait pas trouvé preneur, ce qui ne s’était pas vu depuis des années, pour un résultat de 270 millions de dollars contre 400 millions attendus. Tout le monde reconnaît que le succès a été cassé par des prix planchers trop élevés, qui ont écœuré les amateurs.

Le lendemain, le cours de Sotheby’s en Bourse dégringolait de 37 %. Dès lors, les analystes financiers s’inquiètent des risques accumulés dans la concurrence féroce opposant les deux rivales, qui les pousse à multiplier les offres financières aux collectionneurs. Ayant réalisé un excellent premier semestre, Sotheby’s a voulu pousser trop loin son avantage. Le Van Gogh, ainsi qu’un Braque, lui restent sur les bras, puisqu’elle a dû régler un prix minimum garanti aux vendeurs. En tout, elle aurait perdu dans la soirée une quinzaine de millions de dollars en garanties. De même, Christie’s avait promis 20 millions de dollars à Hugh Grant. L’année passée, les garanties consenties par Sotheby’s représentaient 35 % de l’estimation basse de sa session d’art contemporain. Le niveau tournerait autour de 80 % cette année, allant jusqu’à promettre 60 millions de dollars pour les deux Bacon (pari gagné, cette fois).

Cahot.
Christie’s serait allée, elle, jusqu’à 52 % de sa vente. Nul doute qu’un frein doive être mis à ces largesses. Et, plus important pour le marché, les experts devraient se montrer plus stricts dans les évaluations proposées aux clients. En dépit des succès, plusieurs lots n’atteignent pas, ou à peine, le bas de la fourchette. Il reste donc des fragilités dans une conjoncture financière tumultueuse. Des corrections sont attendues pour des artistes vivants inconnus et portés au pinacle en quelques mois. Toutefois, en moins de deux semaines, environ deux milliards de dollars auront changé de mains. Les firmes s’appuient sur un marché mondialisé qui reste porteur dans tous les domaines : un Renoir acheté 8 millions de dollars il y a quinze mois s’est revendu 11 millions ; une vente de montres à Genève a enregistré 28 millions de dollars. A leurs yeux, ce cahot n’est pas la secousse annonciatrice d’un séisme. Champagne ! Le regard rivé sur la Bourse quand même…

Vincent Noce - Libération du 16 novembre 2007


Vente des biens de Georges 1er
Helmut Newton
Prix record pour un tableau de Churchill
Succès pour l'art russe à Londres
Botero
Polémique : le Louvre à Abu Dhabi
Néfertiti
François Pinault et Venise suite...
Les 30 ans du Centre Pompidou
Préemption pour la première photographie connue
Kooning et Warhol
Enchères insolites et records
Réouverture du Musée Fabre
La cravate de Louis XVI
Oeufs de Fabergé
Costumes et accessoires à Drouot
Sésostris III, pas si pharaonique
Succès pour la vente Filipacchi
Record pour Picasso
Vermeer (1632-1675)
Peinture moderne et contemporaine au zénith
Records et divers
Bacon à prix record
Picasso et Van Gogh
Collection Pinault
Records à New York
Vente Vérité
Cézanne, Modigliani, Matisse, Klimt
Enchères à New York
Marché de l'art 2006
Vente Bruni Tedeschi
Sculpture en bronze et Hodler
Succès pour les ventes à Londres
Imbroglio autour du "pouce"
Ventes à New York : Gauguin, Picasso, Matisse
Art : secousses à New York
EBay rattrapé par les arnaques
Une étude de Seurat refait surface
Record pour la Magna Carta
La Chine n°3 du marché de l'art
Projets pour le marché de l'art
Les pistes pour relancer le marché de l'art
Nouveau record pour Monet
Bacon, Freud, Giacometti
Encore des records pour l'art contemporain
Héritage : la salade César
Marché de l'art
Enchères à New York
Une table peut en cacher une autre
Blanchiment, recel et statue grecque
Chine art discount
Bilan contrasté pour 2008
Disparition de Dina Vierny
Sesostris III
Enchères pour l’amour de l’art
Vente YSL-Bergé
Le marché de l'art entre enfer et purgatoire
Le Musée Picasso en rétention
La législation française doit revoir sa copie
Marché de l'art, vers un flou...artistique
Drouot, serré aux cols
Oeuvres d'Arp
Rembrandt
Record pour Riopelle à Toronto
Record pour Liu Xiaodong
La boutique de la Réunion des musées nationaux
Magritte
Record pour Bacon
Succès pour Jules Verne et records pour l'art précolombien
France : record mondial pour un flacon à parfum
Démission dans le milieu des enchères
Réflexions sur le marché de l'art
Changement de direction au Met
Nouveau scandale à Drouot
Record pour l'orfèvrerie d'Ausbourg
Louise Bourgeois a régné
Le CVV débouté contre eBay
Un expert en antiquités au tribunal
1,5 million d'euros pour un dessus de table
Le marché de l'art contemporain au Sénat
Ventes à New York
Chasse aux faussaires
Ventes d'art contemporain à New York
Record pour des clichés de Richard Avedon
La succession Picasso sous tension
Les enchères à l'index
L’affaire Picasso a de beaux jours devant elle
Enchères 2010 en France
Une loi sur les ventes aux enchères
Un expert en antiquités condamné
Record pour une oeuvre d'art asiatique en France
La Chine en tête du tableau
Nouveau record pour une sculpture de Paul Gauguin
L’art italien au temps des convoitises
Main basse en série sur des œuvres d’art
L’hôtel de la Marine rebondit au Carrousel
Nouvelles règles pour les ventes aux enchères
Lucian Freud, chairs et âme
Un Conseil pour discipliner les ventes aux enchères
2011, année record pour le marché de l'art
Le droit de suite, une rente fondamentale
Les Beltracchi, faux amis de l’art
Grande arnaque et petits maîtres sur eBay
Christie’s s’échine
Art : les foires d’empoigne
Napoléon fait toujours fantasmer
L’avenir de l’hôtel de la marine scellé
Marché de l’art, enchères et en hausse
22/05/2014 : Les collections de Peggy Guggenheim
23/04/2019 : Incendie de Notre Dame : une catastrophe annoncée?
  
Plan du site | Contact | Partenariats | Infos légales Copyright ©2002-2011 Artcover